Les menteurs de la mairie de Saint-Denis

La ville de Saint-Denis se croit tout permis.

Déjà condamnée le 14 mars 2018 pour avoir tenté d’interdire un cirque (le Cirque Europa), la mairie de Saint-Denis joue maintenant la provocation face au Cirque Lydia-Zavatta. Celui-ci disposait d’une autorisation en bonne et due forme pour installer son chapiteau. Quand il est arrivé, la place était occupée par un camp de migrants avec l’accord de la municipalité.

Une telle situation est totalement inacceptable.

Il va de soi que, contrairement à ce qu’indique mensongèrement l’attachée de presse de la ville de Saint-Denis, cette situation n’est absolument pas approuvée par les services de l’État ! Quant aux PV dressés pour 28.000 euros (paraît-il), la ville peut en faire des confettis !

Par ailleurs, la phrase reproduite par Le Journal de St-Denis (JSD) : « On ne va pas virer le campement de migrants pour mettre un cirque à la place », attribuée à Antoine Mokrane, adjoint au maire chargé de la voirie, elle est incroyablement raciste. Nous nous demandons s’il s’en rend compte.

Enfin, quant au bien-être animal, il n’a rien à voir avec une affaire dans laquelle le terrain réservé contractuellement au cirque est squatté par des occupants illégaux, avec l’assentiment de la mairie. Naturellement le cirque et ses conseils réfléchissent à la possibilité de poursuivre la ville en dommages-intérêts pour le préjudice qui en résulte.

Ce harcèlement permanent des cirques confine à la ségrégation. Le discours de la mairie, c’est à peu près ça : « Vous avez le droit d’exister, mais pas celui de vous installer. Vous devez rouler en permanence, sans jamais vous arrêter, sinon c’est 28.000 euros d’amende, même si vous avez signé un contrat. On ne vous doit rien car vous êtes des sous-citoyens, des sous-hommes, moins que des migrants. Payez-nous 28.000 euros et allez-vous en ». Même la Cosa Nostra n’oserait pas tenir un tel discours. Il faut nous dire si l’on veut que les artistes de cirque se suicident en place publique, en lâchant les lions, ou si les arts du cirque sont encore autorisés en France. Si les ministres veulent interdire les cirques et leurs 13 millions de spectateurs, qu’ils aient le courage de le dire, et de le faire. S’ils ne le veulent pas, qu’ils le disent aussi, clairement, et qu’on en finisse.

Cette comédie a assez duré.

La ville de Saint-Denis a déjà été condamnée le 14 mars 2018 pour avoir refusé illégalement un cirque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :