Historique

fullsizeoutput_7616
À Matignon : Francesco Bouglione, Teddy Dubois, Kobann Gruss, Anthony Dubois, Christophe Herry, James Douchet, Daniel Renold et Solovich Dumas.

Pourquoi une Association ?

Tout a commencé il y a cinq ans, en 2015. Des professionnels du cirque et des arts forains se rencontrent autour d’Anthony Dubois qui appartient, ainsi que sa femme, à de très anciennes familles du cirque.

Ces professionnels constatent, après les tragiques attentats ayant ensanglanté Paris, leur difficulté à exercer leur métier : obtenir un emplacement, accueillir du public… deviennent des formalités très compliquées, état d’urgence oblige.

 

1. L’action revendicative

C’est dans ce contexte qu’est créée l’Association de défense des cirques de famille. Cette association regroupe rapidement la majorité des cirques de France, réunissant notamment de très anciennes familles de cirques : Renold, Dubois, Caplot, Dumas, Landri, Dassonneville…

En mai 2016, devant l’inaction des pouvoirs publics, Anthony Dubois, les forains et de nombreux directeurs de cirques membres de l’Association décident de bloquer le périphérique parisien.

L’action revendicative s’est également traduite par des manifestations positives, organisées le 17 janvier 2018 place de la République à Paris, et le 19 juin aux Invalides. Ces événements ont été relayés abondamment par les médias, qui ont pour une fois fait passer notre message, et pas seulement celui des intégristes de la cause animale.

Voir Le Parisien du 16 janvier 2018

830x532_plusieurs-cirques-donnes-rendez-place-republique-defendre-metier
Cliquez sur l’image pour lire l’article de 20 Minutes. 30 Millions d’amis n’a pas l’air de savoir que ces chameaux n’ont pas froid : ce sont des chameaux… de Sibérie. Et ils font la morale.

2. L’action judiciaire

Parallèlement, en liaison avec l’Association de défense des cirques de famille, l’avocat marseillais Olivier Le Mailloux et le préfet des Bouches-du-Rhône saisissent le Tribunal administratif de Marseille contre la délibération de la ville de La Ciotat d’interdire l’installation des cirques détenant des animaux sauvages sur son territoire. C’est la première fois que les cirques saisissent la justice contre une telle décision. Ce sera un succès, la délibération étant suspendue par décision du tribunal administratif de Marseille le 25 juillet 2016, confirmée en appel le 23 octobre 2016.

Début 2017, le cabinet d’avocats qui représente l’Association s’emploie à attaquer une à une les quelques dizaines de communes ayant interdit les cirques sur leur territoire : la première commune à retirer sa décision est Le Perray-en-Yvelines (27 avril 2017), suivie de Richelieu (28 avril 2017), puis Villerupt (délibération, 11 décembre 2017). Certaines communes sont plus récalcitrantes et des actions en justice sont engagées : elles seront toutes gagnées, sans exception. La première commune a être condamnée au fond est le Luc-en-Provence (FN) à l’initiative du seul préfet du Var (28 décembre 2017). La seconde est Joeuf, à la requête de l’Association de défense des cirques de famille (22 mai 2018). Puis viendront Mérignac (18 juin 2018) et Vandoeuvre-lès-Nancy (23 août 2018).

 

3. L’action en direction des pouvoirs publics

En mai 2016, les forains, l’Association de défense des cirques de famille et son avocat sont reçus au ministère de l’Intérieur, afin d’ouvrir une phase de négociations avec l’État.

L’Association de défense des cirques de famille demande à la Fédération des cirques de tradition de bien vouloir la rejoindre. Les forains, Martial Gouin et Nicolas Lemay, associent de leur côté Marcel Campion et l’ensemble des organisations foraines à leur action.

Le 22 septembre 2016, Anthony Dubois signait avec la ministre de la Culture et plusieurs associations représentatives des gens du voyage et citoyens itinérants une charte reconnaissant la spécificité de la culture tzigane et son apport à la communauté nationale.

Charte ici : lien

Parallèlement, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve désigne un préfet, Gérard Lemaire, pour rédiger un rapport sur les cirques et les fêtes foraines. Ce rapport, daté du 22 juin 2017, donnera lieu à l’édiction du décret du 27 octobre 2017 créant la Commission nationale des professions foraines et circassiennes sous l’autorité directe du Premier ministre Edouard Philippe. Anthony Dubois et son avocat ont activement participé aux négociations avec le préfet Lemaire, et à la rédaction des « statuts » de cette commission officielle.

IMG_1415
Le 24 mars 2017, l’avocat de l’Association obtient pour la première fois la réception à Matignon des représentants des cirques et des forains par le directeur de cabinet du Premier ministre, le préfet Patrick Strzoda, aujourd’hui directeur de cabinet du chef de l’État.

La ministre auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Jacqueline Gourault installe officiellement la Commission nationale le 10 avril 2018 au ministère de l’Intérieur.

Le 18 décembre 2018, les représentants des cirques et ceux des forains étaient reçus au cabinet du ministre de l’Intérieur, à l’initiative d’Anthony Dubois, pour faire le point sur les avancées obtenues (désignation d’un préfet, création d’une commission nationale, instruction du 7 avril 2017, circulaire du 19 octobre 2017, suppression prochaine de la TSVR) et les obstacles rencontrés (décisions de refus illégales de certaines communes, harcèlement animaliste actuellement sans vraie réponse pénale, tentatives d’incendies criminels à au moins deux reprises, vols, saccages et destructions de matériel, tentative d’ouverture des enclos par la force, entraves à la liberté du travail, diffamations, calomnies, fake news…).

IMG_1450
Place Beauvau, le 18 décembre 2018 : Daniel Renold, James Douchet, Solovich Dumas, Martial Gouin, Josué Dassonneville, Anthony Dubois, Magali Charbonneau, Pascal Faton, Teddy Dubois, Norman Bruch et Carmen Jean-Baptiste.

 

4. L’action en direction des professionnels du cirque

Parallèlement, un Collectif des cirques est créé de manière informelle le 4 septembre 2017 au Cercle national des Armées, réunissant l’Association de défense des cirques de famille, la Fédération des cirques de tradition, le Cid’Europe, les grandes enseignes et le Club Philip-Astley, entre autres.

Le Collectif se structure en association fin mars 2018, mais un désaccord sur la personne du délégué général ne permet pas aux différentes représentations d’aboutir à un accord. Dans le même temps, les cirques de famille et les « grandes enseignes » font le constat de la nécessité de passer à une étape mieux structurée et plus collective, dans l’intérêt de la profession.

*

Entre mai et novembre 2018, les membres de l’Association sont reçus de manière informelle, à plusieurs reprises, au Sénat, rue de Valois, à Matignon, à l’Élysée et place Beauvau. Leur objectif : réunir à la fois les cirques, grands ou petits, les professionnels et artistes, et à défendre leurs intérêts, tant individuels et collectifs.

IMG_0481.jpeg
En 2019, l’Association a rencontré, à l’Elysée, le directeur de cabinet du président de la République Emmanuel Macron. Ici avec notre délégué général.
IMG_1612.jpeg
Les chiffres parlent d’eux-mêmes !

Pour que le spectacle continue !

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :