Rewild : le projet phare de la cause animale se transforme en hécatombe… pour les animaux

0602449149553-web-tete.jpg
Le projet Rewild était porté par 6 groupuscules animalistes donneurs de leçons, et a coûté près de 700.000 euros. Une partie des fonds a été apportée par l’un des promoteurs du référendum pour les animaux, Marc Simoncini. Résultat : une hécatombe.

Le projet Rewild de Pont-Scorff (ou réensauvagement si vous préférez) devait être la vitrine de la cause animale en France. La reprise d’un zoo et sa transformation en refuge destiné à réacclimater les animaux à la vie sauvage avait fait la Une des quotidiens et des journaux télévisés, et la couverture des magasines.

Avec les agités frénétiques de la cause animale, on allait voir ce qu’on allait voir, nous assurait-on.

2,4 tonnes d’animaux morts en 5 mois !

Le projet fantasmé des donneurs de leçons s’est transformé en cauchemar, et en une hécatombe pour les animaux. Le préfet a relevé que 2,4 tonnes d’animaux morts avaient été confiés à l’équarrissage en 5 mois sans que jamais aucun des militants idéologues ne nous dise pourquoi toutes ces morts ! À ce niveau-là ce n’est pas un refuge, c’est un camp d’extermination (puissent ceux qui y ont été déportés et leurs descendants nous excuser, car rien n’est comparable à ce qui a pu leur arriver, mais l’image est tellement forte).

L’arrêté de mise en demeure du préfet, avant fermeture et poursuites pénales contre Rewild est un réquisitoire contre les soi-disant défenseurs de la cause animale, qui passent leur temps derrière les cirques et les équipages de chasse à courre qui, eux, respectent et connaissent toutes les règles décrites ci-dessous.

Ainsi, le préfet observe qu’aucun personnel ne dispose du ou des certificats de capacité permettant de détenir les espèces non domestiques du « refuge ». Rewild fonctionne depuis près de 4 mois sans titulaire d’un certificat de capacité.

Rewild « refuse de remettre au préfet un organigramme qui permettrait de connaître les responsabilités de chaque salarié ».

Il n’y a pas de registre vétérinaire, ce qui est proprement scandaleux.

Des médicaments périmés depuis plus de deux ans sont en pharmacie pour être utilisés.

Pendant les 5 premiers mois de la reprise du zoo, « 2428 kg de cadavres ont été collectés par l’équirrasseur sans que l’exploitant ait documenté et recherché les causes possibles de cette mortalité ». En d’autres termes, la reprise du zoo et sa transformation en refuge Rewild a provoqué une hécatombe parmi les animaux.

Le 29 juin 2020, trois fosses de collecte des eaux usées étaient pleines et la quatrième débordait, Rewild ayant oublié qu’un prestataire est nécessaire pour entretenir ces équipements indispensables.

À cette même date, le zoo devenu refuge-modèle était ouvert à tous vents, ce qui est contraire à la réglementation. Plusieurs animaux se sont évadés de ce qui était devenu un paradis, selon les militants animalistes.

Le préfet note enfin que la réglementation impose la détention d’armes à feu et que l’exploitant Rewild « refuse », encore à ce jour, de fournir les attestations de formation du personnel au tir.

Le préfet considère qu’il est nécessaire « de prendre des mesures pour renforcer la sécurité du personnel et garantir la satisfaction des besoins physiologiques et le bien-être des animaux ». Au vu des errements constatés, on ne peut que souscrire aux propos du préfet.

Il a été donné jusqu’au 30 septembre à Rewild pour remédier à l’ensemble de ces dysfonctionnements majeurs, à défaut de quoi le refuge pourrait être fermé et des poursuites pénales engagées contre les agités frénétiques de la cause animale.

À quand un attroupement de Zoopolis devant Rewild ?

C’est curieux, on n’entend plus Hugo Clément, Marc Simoncini, promoteur du référendum et cofinanceur de ce refuge, On n’entend pas non plus One-Voice qui a pourtant ses bureaux non loin de là ? C’est si loin que ça, d’aller de Vannes à Pont-Scorff (60 km) pour faire une petite manifestation et se plaindre en versant quelques larmichettes de crocodile sur la mort d’animaux représentant 2,4 tonnes de cadavres !?

À quand un attroupement de la pâtissière végane Amandine Sanvisens et des excités du groupuscule Zoopolis devant Rewild ? Parce que, là, les animaux sont vraiment en danger, et à cause d’eux en plus !

IMG_9181.jpeg
La pâtissière végane du quartier latin, présidente de Zoopolis, préfère lancer des injonctions insolentes au préfet d’Occitanie, pour un cirque dont les installations débordent de quelques mètres sur le domaine public, plutôt que de frapper d’anathème les promoteurs de Rewild, qui ont provoqué la mise à l’équarrissage de 2,4 tonnes de cadavres d’animaux. Curieux non ?

En fait de donneurs de leçons, ces ignorants qui se prennent pour des experts et inondent réseaux sociaux et médias de leurs injonctions morales sont de dangereux individus, notamment pour la cause qu’ils croient défendre. Si Jean de La Fontaine revenait au XXIe siècle, il nous gratifierait certainement d’une fable : « Les moralistes et l’arbre mort » !

Rewild, c’est l’arbre mort qui cache la forêt d’animaux morts.

Lire ici l’arrêté du préfet de Morbihan, en entier.

14 commentaires sur “Rewild : le projet phare de la cause animale se transforme en hécatombe… pour les animaux

Ajouter un commentaire

  1. la compétence depasse cette bande d’illuminée , une victoire pour nous les amoureux des animaux circophiles et une tres grande defaite pour tout ces animaux morts entre les mains de zoopolis

    J'aime

  2. Un parti pris bien trop prononcé sans nuance. Un manque d’objectivité évident.
    Le projet avait été dénonce par de nombreuses personnes (biologiste, écologistes) en justifiant que le projet dès le départ courrait à la ruine.
    Mais sans parler de ça, quand était-il de la situation avant la reprise ?
    Et pourquoi avoir laissé une association sans ressources en « capacitaires » suffisante pour s’occuper d’autant d’animaux.

    J'aime

  3. C’est honteux !
    Pauvre animaux qui ont dû mourir dans d’atroces souffrances, malades, maltraités ! Ils étaient bien mieux dans les parcs animaliers et les cirques d’où ces abrutis les ont « sauvés » !

    J'aime

  4. Voilà un article bien engagé qui n’hésite pas à utiliser des mots dénigrants et condescendants à l’égard de personnes à l’origine de ce projet. On peut ne pas être d’accord avec eux, mais le manque de respect que l’on ressent dans l’article en dit long sur ceux qui en sont à l’origine.
    La tristesse de l’être humain dans toute sa splendeur…

    En attendant, ce zoo où on observait de pauvres animaux tourner en rond dans des clapiers vitrés était d’une tristesse insoutenable. Mais sans doute que les créateurs de ce site internet préfèrent voir les animaux ainsi.
    Personnellement, une fois m’a suffit au zoo de Pont-Scorff. A choisir, je préfère 1000 fois le zoo de Branféré.

    Mais de lire que les chasseurs à courr où les propriétaires de cirques avec animaux traitent mieux les animaux que ces gens qui ont peut-être échoué dans leur tentative mais essayent au moins de faire quelque chose pour le bien des animaux a fini de me donner des hauts le cœur pour définitivement rendre mon déjeuner.
    La chasse à courre, franchement !!!! Où voyez-vous quoi que ce soit de bon dans cette pratique barbare ?!!

    Mais voyez-vous, j’ai beau ne pas apprécier cette pratique, j’ai au moins le respect de ne pas être insultant envers ceux qui la pratique. C’est ce qui me différencie de l’auteur de cet article (et sans doute toutes les personnes derrière ce site qui doivent partager son avis)…

    J'aime

    1. Heureusement qu’aucun cirque français n’a jamais provoqué 2,4 tonnes de cadavres d’animaux en 5 mois : on aurait été brûlés en place de grève !

      Faut-il être égocentré pour ne pas voir à quel point le dénigrement des cirques est permanent pour, parfois, des fautes vénielles qui représentent le millième de ce qu’on voit ici. Alors oui, on profite un peu du malheur des autres pour leur faire observer que leurs leçons de morale permanentes, ils peuvent se les mettre où vous savez.

      Je vois avec vous que, même pris en faute (2,4 tonnes d’animaux morts !), on trouve encore le moyen de faire la morale aux autres.

      J'aime

  5. Voici un « bel » exemple de la décadence morale de nos sociétés modernes. En toute objectivité on peut constater que la propagande incessante de ces associations dites de defence des animaux est sistematiquement reprise par le biais de tous ces nouveaux accusateurs publics qui prolifèrent sur internet. Un discourt sur mesures pour des gens intolérants où bas de plafond qui prônent la philosophie du « nous savons mieux que vous faire votre travail, ce que vous devez manger et comment assouvir vos passions » Ces Don Quichotte 3.0 qui se foutent éperdument du sort des gens où des animaux en réalité veulent imposé leurs idées par la force au reste de la population. Cela ressemble fortement à la définition du communisme Chinois ou Soviétique car Il suffit de s’intéresser en profondeurs aux comptes de ces associations pour s’apercevoir du véritable enjeu : l’argent évidemment ! Vous pensez vraiment que les dirigeants et les donateurs de ces fameuses associations pro animalistes ou vegans vivent dans des cabanes dans les bois entourés d’animaux qu’ils ont « libérés », habillés de vêtements bio et mangeant du toffu ??? Non bien sûr, la Suisse ne propose pas ces services… Jets privés, costumes Armani et rhum steak sont plus réalistes comme train de vie.
    Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, internet est le ciment qui scelle ces pavés, les maçons se nomment Hogo Clément et autres Che Gevarra d’opérette et la bouze qui macule ces pavés se nomme « philosophie animaliste ».
    Un bien triste début de siècle

    J'aime

  6. C’est quoi cet article a charge, vraiment mauvais en plus !
    Je suis allée dans ce zoo quelques semaines avant sa fermeture et donc sa reprise par rewild et avec ma famille nous avions été extrêmement choisi par l’état des animaux, c’était juste une horreur donc un article de ce genre a l’époque aurait été bienvenue,celui qui a écrit n’a même pas pris la peine de se renseigner sur l’état des animaux dans ce zoo avant la reprise !! Le projet de rewild est nécessaire pour l’avenir et surtout dans ce cas de figure ! Je me demande surtout a qui profite toutes ces allégations a l’encontre de rewild ….

    J'aime

    1. Il semble que les chasseurs et les circassiens ont comme opposants les ONG de défense de la cause animale. D’ailleurs le référendum s’attaque à la fois à la chasse et aux cirques, c’est bien la preuve.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :