Pont-Scorff : le naufrage annoncé des groupuscules animalistes

Pont-Scorff : l’échec des groupuscules animalistes

Rewild : le projet de réensauvagement développé à Pont-Scorff (56) devait être l’emblème du savoir-faire des groupuscules animalistes en matière de bien-être animal. L’échec est total et le zoo, racheté à grands frais grâce à l’entremise du petit journaliste Hugo Clément, est en faillite.

L’échec est cuisant pour les agitateurs fanatisés de la cause animale. Forts d’un projet de référendum d’initiative populaire (RIP) et d’une pétition rédigée par la pâtissière végane Amandine Sanvisens sur le site du Sénat, tous deux morts-nés, les quelque 25.000 hystériques de la cause animale avaient décidé de réunir plus de 600.000 euros pour racheter le zoo de Pont-Scorff et en faire un emblème de leur soi-disant cause.

Grâce au projet Rewild, on allait voir ce qu’on allait voir. Enfin !

Eh bien on a vu : l’équarrisseur a reçu plus de 2,4 tonnes d’animaux morts en 5 mois ; les fosses à purin débordaient et n’étaient pas vidangées, aucun employé ne disposant de certificat de capacité n’était en poste ; les animaux n’avaient plus à manger ; les médicaments de l’armoire vétérinaire étaient, soit manquants, soit obsolètes… bref, le désastre total.

Dites-vous bien que ce sont ces gens-là qui veulent récupérer les animaux des cirques pour les sauver, Mme Barbara Pompili ! Si vous les leur donnez (à supposer que vous puissiez le faire, ce qui n’est pas gagné !), vous allez conduire ces animaux tout droit à l’abattoir. Les fanatiques qui veulent les animaux des cirques ne les veulent pas pour les sauver. Ils feront à ces animaux ce qu’ils leur ont fait à Pont-Scorff : de la chair à pâté pour l’équarrissage.

Et curieusement, les agitateurs fanatisés de la cause animale ne veulent que les animaux des cirques. Les animaux des corridas, ils n’en veulent pas ; ils s’en foutent. Ils ne proposent aucun refuge pour y placer les taureaux élevés pour aller mourir dans une arène. Demandez-vous pourquoi ils ne visent que des artistes de cirque, gens du voyage pour la plupart, et jamais des toreros. Demandez-vous pourquoi il y a autant de militants d’extrême-droite parmi eux (à commencer par Brigitte Bardot, et pas que…).

Pressentant ce qui allait advenir au zoo de Pont-Scorff, nous avions déjà dénoncé ce projet ahurissant dans ces colonnes. Nous avions raison, et vous qui l’avez soutenu, vous aviez tort ! Tirez-en la leçon et arrêtez de donner raison à ces fous furieux.

Nous avions annoncé l’échec de ce projet dès septembre 2020, ici.

2 commentaires sur “Pont-Scorff : le naufrage annoncé des groupuscules animalistes

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :