Cirques : le voeu de Montpellier attaqué au tribunal !

IMG_1883.jpeg
La presse régionale s’est largement fait l’écho du procès intenté par l’Association de défense des cirques de famille (ici Le Métropolitain).

Montpellier, chef lieu de l’Hérault, 277.000 habitants au compteur. Particularité : l’ancien et le nouveau maire partagent la même haine du cirque classique. Ils ont tenté et tentent toujours de les interdire par tous les moyens.

Le maire adjoint en charge du bien-être animal, Eddine Ariztegui, membre du Parti animaliste, a fait adopter par le conseil municipal, le 5 octobre 2020, un voeu pour empêcher les cirques de s’installer à Montpellier. Ce voeu interdit non seulement l’installation des cirques détenant des animaux dits « sauvages » (lions, tigres, éléphants, zèbres, perroquets…), mais aussi les cirques détenant des animaux domestiques (chiens, chats…) et même des animaux de ferme (veaux, vaches, cochons…) !

Les groupuscules animalistes avaient assuré, dans une lettre adressée à tous les maires de France, le 23 novembre 2018, qu’ils pouvaient faire voter des voeux et qu’on ne pourrait pas les poursuivre devant un tribunal. Montpellier a cru à ces bobards et a adopté un voeu. C’était sans compter avec l’Association de défense des cirques de famille.

Le 14 novembre 2020, l’Association a déposé un recours pour excès de pouvoir contre le voeu adopté par le conseil municipal montpelliérain.

Jusque-là, l’Association de défense des cirques de famille n’a perdu aucun des recours qu’elle a engagés contre des délibérations ou des arrêtés d’interdiction. Désormais, elle s’attaque aussi aux voeux.

Pour la énième fois, nous le rappelons avec conviction et fermeté : le cirque est un spectacle vivant, comme le théâtre, et personne n’a osé censurer des spectacles vivants en métropole depuis l’occupation nazie ; personne. Nous répétons ; personne n’a osé censurer des spectacles vivants en métropole depuis l’occupation nazie : ce constat n’est pas un jugement de valeur, mais il est factuel. Le fait de censurer un métier artistique légal, utilisant légalement des animaux, est gravissime et est indigne d’élus locaux, qui vivent dans une République, pas dans un no man’s land juridique. Ces règles, et notamment la liberté d’expression artistique, les élus locaux doivent les respecter, comme tout le monde.

À bientôt au Tribunal ! Non à la censure ! Non aux fatwas anti cirques !

__________

Capture d’écran 2020-11-14 à 10.20.23.jpg
Le recours a été déposé le 14 novembre au greffe du Tribunal administratif de Montpellier.

A lire :

  • « Cirques sans animaux : le vœu de Montpellier attaqué au tribunal » : Metropolitain 
  • « Montpellier : l’association des cirques de famille attaque l’interdiction des spectacles avec animaux » : Le Midi Libre

Un commentaire sur “Cirques : le voeu de Montpellier attaqué au tribunal !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :